All posts by bahmauritius

LE VRAI BAHA’I

‘Je n’ai jamais entendu parler de Baha’u’llah’, dit un jeune homme. ‘Je n’ai que récemment lu sur ce mouvement, mais je reconnais la mission de ‘Abdu’l-Baha et je désire être un disciple. J’ai toujours cru que la fraternité humaine était l’ultime solution de toutes nos difficultés nationales et internationales’.

“Cela ne fait aucune différence que vous ayez ou non entendu parler de Baha’u’llah”, répondit ‘Abdu’l-Baha, “l’homme qui vit la vie en accord avec les enseignements de Baha’u’llah est déjà un baha’i. D’un autre côté un homme peut se dire baha’i pendant cinquante ans, s’il ne vit pas la vie baha’ie il n’est pas un baha’i. Un homme laid peut se dire beau, mais il ne trompe personne, et un homme noir peut se dire blanc, là encore il ne trompe personne: même pas lui-même!”

Abdu’l-Baha à Londres

Le Coeur Pur

Quand on Lui demanda une définition d’un coeur pur, ‘Abdu’l-Bahá dit: “Le coeur pur est celui qui est entièrement coupé du moi. Etre altruiste c’est être pur”.

(‘Abdu’l-Bahá, ‘Abdu’l-Bahá à Londres, Chapitre 2.46)

 

Il est facile de lire les saintes Ecritures, mais c’est uniquement avec un coeur pur et un esprit clair qu’on peut comprendre leur véritable signification. Demandons l’aide de Dieu afin d’être capables de comprendre les livres saints.

Prions pour que les yeux voient, pour que les oreilles entendent, et pour les coeurs qui désirent ardemment la paix.

La grâce éternelle de Dieu est incommensurable. De tout temps, Il a choisi certaines âmes sur lesquelles Il a répandu la divine bonté de son coeur, illuminant leur esprit de lumière céleste, leur révélant les mystères sacrés, et présentant à leurs yeux, dans toute sa pureté, le miroir de Vérité. Ce sont les disciples de Dieu, et sa bonté n’a pas de limites.

Vous qui êtes les serviteurs du Très-Haut, vous pouvez aussi être des disciples. Les trésors de Dieu sont infinis. L’esprit qui souffle à travers les saintes Ecritures est une nourriture pour tous ceux qui ont faim.

Dieu, qui s’est révélé aux prophètes, donnera sûrement le pain quotidien ainsi qu’une part de ses richesses à tous ceux qui le lui demanderont avec constance.

Abdu’l-Bahá, Les Causeries d’’Abdu’l-Bahá à Paris, Chapitre: I

Attachez-vous plutôt à rechercher des coeurs qui soient purs

Ne vous arrêtez pas à considérer votre petit nombre, mais attachez-vous plutôt à rechercher des coeurs qui soient purs. Une seule âme consacrée es: préférable à des milliers d’autres.
Si un petit nombre de personnes se rassemblent avec amour, dans un esprit de pureté et de sainteté absolues, le coeur détaché du monde, éprouvant les émotions du royaume ainsi que les puissantes forces magnétiques du Divin, et unies dans leur heureuse fraternité, un tel rassemblement exercera son influence sur toute la terre.
La nature de ce groupe de personnes, les mots qu’elles prononcent, les actes qu’elles exécutent, contribueront à libérer les célestes bienfaits, à faire sentir les prémisses de la béatitude éternelle. Les armées de l’assemblée divine les défendront et les anges du paradis d’Abha, tour à tour, se porteront à leur secours.
Les confirmations de Dieu et de ses célestes pouvoirs, voilà le sens du mot “anges”. De même les anges sont des êtres bénis qui ont rompu leurs liens avec ce monde inférieur, se sont dégagés de la chaîne du moi et des désirs charnels, et ont ancré leurs coeurs dans les célestes royaumes du Seigneur.
Ils appartiennent au Royaume, ils sont célestes; ils appartiennent à Dieu, ils sont spirituels; ils sont les révélateurs de la munificente grâce divine, les aurores de ses bienfaits spirituels.
Ö servante de Dieu! Loué soit Dieu, ton époux affectionné a perçu le doux parfum des brises odorantes qui émanent des jardins célestes. Tu dois maintenant, jour après jour, par l’amour de Dieu et par tes bonnes actions, l’attirer toujours plus près de la Foi.

‘’Abdu’l-Bahá, Selection des Écrits d’’Abdu’l-Bahá, Chapitre: #8

OTTILIE RHEIN

OTTILIE RHEIN

1903-1979

Knight of Bahá’u’lláh

published in Bahá’í World, Vol. 18 (1979-1983), pages 610-825

Haifa, Israel: Baha’i World Centre, 1986

Ottilie Rhein, named by the beloved Guardian a Knight of Bahá’u’lláh for having pioneered to the Island of Mauritius in 1953,1 passed on to the Abhá Kingdom on 29 October 1979 in San Mateo, California. She was laid to rest in the beautiful hills overlooking an expanse of the great Pacific Ocean.

Oceans were not a barrier to Ottilie’s adventuresome spirit. She was to cross and recross the Atlantic, the Pacific and the Indian Oceans by both sea and air. She set goals for herself and went about accomplishing them regardless of the perils she might face. As a young girl she left her native Germany to seek adventure in the United States where she settled in Chicago and managed a building in which she rented rooms. One of her tenants, Betty Powers, had in her room a photograph of ‘Abdu’l-Bahá which aroused Ottilie’s passing interest — she thought Him a Holy Man — but through changing her job Ottilie lost contact with the Bahá’ís until 1941 when the distress and loneliness occasioned by World War II caused her to be drawn irresistibly to the Bahá’í Temple.

After attending meetings conducted by Melvin Newport and Albert Windust, Ottilie gave her heart and life to Bahá’u’lláh. ‘The Guardian will pray that, in the days to come, you may render the Faith many lasting and noteworthy services,’ Shoghi Effendi’s secretary wrote to her on his behalf on 10 December 1942. Almost immediately Ottilie arose to pioneer in Arizona to fill a goal of the Seven Year Plan in that State. From here she moved to San Mateo, California, where her dear Bahá’í friend, Mrs. Lisette Berger, made her welcome. San Mateo became the base to which she would return from her various international pioneering posts when necessity dictated. As a naturalized citizen of the United States she could not be away from the country for more than five years without losing her citizenship.

Ottilie was present at the International Conference in Chicago in 1953 when the beloved Guardian launched the Ten Year Crusade. All hearts were touched and a flood of volunteers arose in response to the call for pioneers. But Ottilie was always a person of action and she was one of the first to put her affairs in order and leave. She stored some of her belongings with Mrs. Berger and departed

1 Shoghi Effendi, Messages to the Bahá’í World, p. 57.

with only minimal luggage. She had thought of joining Rex and Mary Collison in Uganda but the Guardian had specified the settlement of virgin areas so she determined to go to Mauritius, an island mentioned by name in ‘Abdu’l-Bahá’s Tablets of the Divine Plan and one ‘whose name was enshrined in Bahá’í history during the Heroic Age … as the source, two years before ‘Abdu’l-Bahá’s arrival in America, of a contribution towards the purchase of the site of the Mother Temple of the West’.1 She poured over maps, atlases and encyclopedias but could discover very little about the island except that it had a mixed population, that sugar cane was the chief crop raised and that French and English were spoken. But that was enough for her, and excitedly she boarded a ship at Mombasa after having visited Kenya, Uganda and Tanganyika (now Tanzania). She arrived in a heavy downpour on 11 November 1953. Shoghi Effendi’s cable — ASSURE RHEIN LOVING APPRECIATION — was relayed to her on 4 December by Paul E. Haney, then chairman of the National Spiritual Assembly of the United States.

Ottilie’s utter trust in Bahá’u’lláh enabled her to overcome the difficulties she encountered. She rejoiced at obtaining a visa which was good for six months and which later was extended to three years plus three months. With the assistance of a German missionary she found a house which offered the barest necessities but which provided a setting for Bahá’í meetings. Her first shopping expedition, occasioned by the urgent need to acquire mosquito netting, led her to a shop whose proprietor, Mr. Him Lim, a Chinese, became the first resident of Mauritius to accept the Faith. When she had enrolled two Bahá’ís and had interested a number of inquirers, Mr. Jalál Nakhjavání,2 and later another Persian believer, visited the island and assisted with the teaching work. By 1956, just before her visa expired, there were forty Bahá’ís, enough to form three Local Spiritual Assemblies. Although some vacillated at the last moment, Ottilie was determined not to be deprived of victory.

By sheer determination she confirmed some new believers and induced others to change residence with the result that there were established — as she later recorded — ‘three Local Spiritual Assemblies for the three years of teaching’. A strong and self-reliant foundation had been laid. This victory made it possible for Mauritius to send a delegate to the historic first Regional Convention convened at the farm of Mr. and Mrs. William Sears, near Johannesburg, South Africa, at Ridván 156. But Ottilie’s service in Mauritius was at an end. Her request for an extension of her visa was refused although she called upon the Governor who listened sympathetically to her appeal and was attentive to her explanation of the Faith. This same gentleman — Sir Seewoosagur Ramgoolam — later became Prime Minister and addressed the Bahá’í Oceanic Conference held in Mauritius in August 1970. Ottilie had the bounty of attending that gathering and of receiving his smile of recognition.

After leaving Mauritius she remained in Kampala for a time lending much needed assistance in the production of Bahá’í literature until it became necessary for her to return to the United States to safeguard her citizenship. But her restless spirit could not be idle

1 The Universal House of Justice, The Bahá’í World, vol. XV, p. 299.

2 See ‘In Memoriam’, p. 797.

when the Faith needed pioneers. By 1959 she had saved enough money to make a pilgrimage to the Holy Land and then settle in Chile where, by living frugally, she was able to remain from 1960 until 1963. Chile was her last international venture, but in her home community of San Mateo she could always be depended upon to contribute her share to every activity. One of her greatest joys was to keep in touch with her Bahá’í friends throughout the world.

On 27 December 1978 the secretary of the National Spiritual Assembly of Mauritius wrote to Ottilie Rhein, addressing her as ‘Spiritual Mother of Mauritius’, and conveying ‘deep love and gratitude on the occasion of the twenty-fifth anniversary of the establishment of the Faith in Mauritius … It is highly significant that God’s Message for this day was planted in this island by a lady. We turn our hearts in thanksgiving to Bahá’u’lláh that you were chosen for this and we pray to Him that He may shower all His blessings on you and bring you eternal joy and happiness. Present generations may not be aware of the import of such a feat by you, but your name will forever be associated with the Faith in Mauritius and future generations will befittingly mark the event of your first coming to Mauritius. It may not be without meaning that when you landed in Mauritius on that morning of Sunday, the 11th November 1953, it was raining heavily — the happy presage of a bountiful harvest … ‘

And again, on 21 February 1979, ‘We were deeply touched to read the copy of the letter the Universal House of Justice addressed to you on the 29th November 1978 and appreciate your kind thoughts for Mauritius. It is incredible that a quarter of a century has elapsed since you arrived in Mauritius. The seed you planted has grown and it has no doubt been sustained by your love, devotion and sincerity in the Cause of God … We have now seventy-four Local Spiritual Assemblies … ‘

Ottilie remained in spirit a true pioneer right to the end. In her life she manifested the seven qualifications of the divinely enlightened soul mentioned by ‘Abdu’l-Bahá in one of His Tablets: knowledge of God, faith, steadfastness, truthfulness, uprightness, fidelity and evanescence or humility. She was honoured at the time of her passing with the following cable from the Universal House of Justice:

SADDENED LEARN PASSING OTTILIE RHEIN DEVOTED MAIDSERVANT BLESSED BEAUTY KNIGHT BAHAULLAH MAURITIUS STEADFAST PERSEVERING IN PIONEER POSTS MANY YEARS UNDER DIFFICULT CONDITIONS. OFFERING LOVING PRAYERS SACRED THRESHOLD PROGRESS HER VALIANT SOUL ABHA KINGDOM. KINDLY CONVEY CONDOLENCES HER FAMILY OUR BEHALF. (Adapted from a memoir by VALERA F. ALLEN)

The Duty of Kindness and Sympathy towards Strangers and Foreigners

When a man turns his face to God he finds sunshine everywhere. All men are his brothers. Let not conventionality cause you to seem cold and unsympathetic when you meet strange people from other countries. Do not look at them as though you suspected them of being evildoers, thieves and boors. You think it necessary to be very careful, not to expose yourselves to the risk of making acquaintance with such, possibly, undesirable people.

I ask you not to think only of yourselves. Be kind to the strangers, whether come they from Turkey, Japan, Persia, Russia, China or any other country in the world.

Help to make them feel at home; find out where they are staying, ask if you may render them any service; try to make their lives a little happier.

In this way, even if, sometimes, what you at first suspected should be true, still go out of your way to be kind to them—this kindness will help them to become better.

After all, why should any foreign people be treated as strangers?
Let those who meet you know, without your proclaiming the fact, that you are indeed a Bahá’í. Put into practice the Teaching of Bahá’u’lláh, that of kindness to all nations. Do not be content

with showing friendship in words alone, let your heart burn with loving kindness for all who may cross your path.

Oh, you of the Western nations, be kind to those who come from the Eastern world to sojourn among you. Forget your conventionality when you speak with them; they are not accustomed to it. To Eastern peoples this demeanor seems cold, unfriendly. Rather let your manner be sympathetic. Let it be seen that you are filled with universal love. When you meet a Persian or any other stranger, speak to him as to a friend; if he seems to be lonely try to help him, give him of your

willing service; if he be sad console him, if poor succor him, if oppressed rescue him, if in misery comfort him. In so doing you will manifest that not in words only, but in deed and in truth, you think of all men as your brothers.

What profit is there in agreeing that universal friendship is good, and talking of the solidarity of the human race as a grand ideal? Unless these thoughts are translated into the world of action, they are useless.

The wrong in the world continues to exist just because people talk only of their ideals, and do not strive to put them into practice. If actions took the place of words, the world’s misery would very soon be changed into comfort.

A man who does great good, and talks not of it, is on the way to perfection.
The man who has accomplished a small good and magnifies it in his speech is worth very little.
If I love you, I need not continually speak of my love—you will know without any words. On the

other hand if I love you not, that also will you know—and you would not believe me, were I to tell you in a thousand words, that I loved you.

People make much profession of goodness, multiplying fine words because they wish to be thought greater and better than their fellows, seeking fame in the eyes of the world. Those who do most good use fewest words concerning their actions.

The children of God do the works without boasting, obeying His laws.

My hope for you is that you will ever avoid tyranny and oppression; that you will work without ceasing till justice reigns in every land, that you will keep your hearts pure and your hands free from unrighteousness.

This is what the near approach to God requires from you, and this is what I expect of you.

 

Paris Talks
Addresses Given by ‘Abdu’l‐Bahá in 1911

Des devoirs de sympathie et de bonté envers les étrangers

1. Des devoirs de sympathie et de bonté envers les étrangers

(1.1)
Dès qu’un homme se tourne vers Dieu, il voit le soleil resplendir partout. Tous les hommes deviennent ses frères.

(1.2)
Quand vous vous trouvez avec des étrangers, que le souci des conventions ne vous rende pas froid et distant. Ne les considérez pas avec suspicion comme des malfaiteurs, des voleurs ou des rustres. Vous estimez nécessaire d’être prudent, de ne pas courir le risque de lier connaissance avec des personnes peut-être indésirables. Je vous demande de ne pas songer uniquement à vous-mêmes.

(1.3)
Soyez bons pour les étrangers, qu’ils soient Turcs, Japonais, Persans, Russes, Chinois ou de toute autre nationalité. Faites en sorte qu’ils se sentent chez eux; tâchez de savoir où ils logent, cherchez à leur rendre service; Essayez de leur rendre la vie un peu plus agréable.

(1.4)
Même si, un jour, vos premiers soupçons étaient fondés, continuez de la même manière à leur manifester de la bienveillance; cette bonté les aidera à devenir meilleurs.

(1.5)
Après tout, pourquoi traiter en étrangers les habitants des autres pays ? Que ceux qui vous rencontrent sachent, sans que vous ayez à le proclamer, qu’en vérité vous êtes un bahá’í.

(1.6)
Mettez en pratique le précepte de Bahá’u’lláh: bonté envers toutes les nations. Ne vous contentez pas des paroles amicales, mais que votre coeur soit embrasé par une affectueuse bonté envers tous ceux qui peuvent croiser votre chemin.

(1.7)
O vous, peuples d’Occident, soyez bons envers ceux qui viennent des pays orientaux pour séjourner parmi vous. Oubliez votre formalisme quand vous conversez avec eux; ils n’y sont pas accoutumés. Cette attitude paraît froide et inamicale aux peuples d’Orient. Ayez plutôt une attitude de sympathie.

(1.8)
Montrez-vous pénétrés d’un amour universel. Quand vous rencontrez un Persan ou quelqu’un d’autre étranger, parlez-lui comme à un ami. S’il a l’air seul, tâchez de l’aider, offrez-lui spontanément vos services. S’il est triste, consolez-le; s’il est pauvre secourez-le; s’il est opprimé, délivrez-le; s’il est dans la détresse, réconfortez-le. En agissant ainsi, vous prouverez, non seulement en paroles mais en fait et en vérité, que vous considérez tous les hommes comme vos frères.

(1.9)
A quoi sert-il de convenir que l’amitié universelle est un bien et de parler de la solidarité du genre humain comme d’un grand idéal ? A rien si ces idées ne sont pas transformées en actes.

(1.10)
Le mal persiste dans le monde précisément parce que les gens ne parlent que de leurs idéaux sans s’efforcer de les mettre en pratique.

(1.11)
Si les actes remplaçaient les paroles, la détresse du monde serait bientôt transformée en bien-être.

(1.12)
Un homme qui fait beaucoup de bien sans en parler est sur le chemin de la perfection. Celui qui, ayant fait un peu de bien, l’amplifie dans ses discours, n’a que très peu de mérite.

(1.13)
Si je vous aime, je n’ai pas besoin de vous en parler sans cesse, vous le saurez sans que j’en souffle mot. D’autre part, si Je ne vous aime pas, vous le saurez également, et vous ferais-je mille protestations d’amitié que vous ne me croiriez pas.

(1.14)
Les gens font profession de bonté, multipliant les belles paroles afin de paraître plus grands et meilleurs que leurs semblables et d’acquérir une bonne renommée.

(1.15)
Ceux qui font le plus de bien sont ceux qui en parlent le moins. Les enfants de Dieu agissent bien sans s’en vanter, obéissant à ses lois.

(1.16)
J’espère que vous vous garderez toujours de toute tyrannie et oppression, que vous travaillerez sans relâche jusqu’à ce que règne la justice dans tous les pays, que vous conserverez un coeur pur et des mains nettes de toute action injuste. C’est la condition requise pour vous approcher de Dieu et c’est ce que j’attends de vous.

Causeries d’Abdu’l‐Bahá à Paris –  1911

Abdu’l-Bahá à Paris

Grâce à l’heureuse initiative d’une Américaine, Mme Phoebe Hearst, le 10 décembre 1898, une quinzaine d’occidentaux, de haut niveau culturel et social, résidant à Paris, arrivèrent en pèlerinage à Saint-Jean-d’Acre, pour rencontrer Abdu’l-Bahá, dans la ville-prison, où le retenait encore le gouvernement ottoman, maître de la Palestine. Cette rencontre confirma et précisa les projets de voyages que Abdu’l-Bahá réalisa en Europe 12 ans plus tard, quand les événements politiques le rendirent enfin libre de ses mouvements.

Le 5 octobre 1911, le Maître arrivait à Paris, pour un premier séjour de 7 semaines. Il y revint ensuite encore deux fois, en 1913.

Deux personnes ont joué un rôle prépondérant pour préparer le terrain d’accueil et le séjour de Abdu’l-Bahá à Paris : Laura Barney, une Américaine et Hippolyte Dreyfus, jeune avocat français qui, séduit par le message bahá’í, avait entrepris, dès son retour de Terre-Sainte, d’apprendre l’arabe et le persan afin de traduire et publier en français une partie des œuvres de Bahá’u’lláh. En 1905, le Livre de la Certitude, était paru aux éditions Ernest Leroux. En 1909, Les Leçons de Saint-Jean-d’Acre, recueil de “Questions-réponses” pour lequel Laura Barney avait fait de nombreux séjours à Saint-Jean-d’Acre, chez Abdu’l-Bahá, avaient ouvert aux chercheurs les portes du dialogue Orient-Occident, dans une langue simple et rationnelle.

La publication de ce livre, juste deux ans avant la venue de Abdu’l-Bahá à Paris a joué un double rôle: d’une part, l’effet de sa publication a aidé le groupe de fidèles chargés d’organiser le séjour du Maître à identifier les catégories de personnes intéressées aux questions spirituelles, d’autre part, la collaboration d’Hippolyte et de Laura, penchés sur la traduction de cet ouvrage leur avait fait découvrir leur penchant mutuel; leur mariage, en juillet 1911, précéda de trois mois l’arrivée de Abdu’l-Bahá. Ils s’installèrent 15 rue Greuze, dans le secteur du Trocadéro.

Plusieurs Bahá’ís habitaient dans le voisinage, également. Dès son arrivée, Abdu’l-Bahá fut conduit à l’appartement loué pour lui, au 4 avenue de Camoens, bel immeuble neuf, entresol, grand salon pour une centaine de personnes, un bureau pour le Maître, tout le confort. Les Dreyfus-Barney avaient mis tout leur cœur et leur compétence pour organiser le séjour parisien du Maître bien-aimé.

En 1903, le 6 octobre, le grand quotidien parisien, Le Temps, avait déjà publié un article sur le Babisme et le Bahaïsme, une simple demi-colonne, non signée, mais objective et bienveillante.

Le 3 novembre, 1911, dix-huit jours après l’arrivée de ‘Abdu’l-Bahá, Le Temps lui consacrait trois colonnes, sous la plume de Jean Lefranc. Les extraits suivants donnent bien la mesure de la prestance de ce personnage exceptionnel et du charme qu’il dégageait :

“Dans un logis de l’aristocratie, avenue de Camoens, à l’ombre du Trocadéro et de la Tour Eiffel, Abdu’l-Bahá reçoit chaque jour ses disciples. C’est un noble oriental à la longue barbe blanche, coiffé d’un turban blanc et vêtu d’une ample robe vert olive. Il ne parle que le persan mais sa voix est douce, et M. Hippolyte Dreyfus qui traduit en fervent bahá’í ses paroles exprime avec une éloquence fidèle la saveur biblique de son langage inspiré….”

“…J’ai entendu Abdu’l-Bahá, l’autre soir chez les Théosophes… Le lendemain je fus reçu chez lui…dans son cabinet de travail, il me prit les mains et les garda longtemps dans les siennes. Il me dit que la presse était une des plus grandes puissances du monde… Le visage vénérable de Abdu’l-Bahá, où brillent ses yeux jeunes, exprime l’intelligence et la bonté. Il est paternel, affectueux et simple; il inspire confiance et respect. Son pouvoir divin lui vient sans doute de savoir aimer les hommes et de savoir se faire aimer d’eux….” Et le journaliste de conclure : “Oh, que les religions sont belles quand elles ne sont pas encore ! »

“Le jardin qui réjouit les yeux et le cœur est celui où poussent côte à côte des fleurs de toutes les couleurs, de toutes formes et de tous parfums. C’est cet heureux contraste de couleurs qui en fait le charme et la beauté!…Il devrait en être ainsi des enfants des hommes. Les différences au sein de la famille humaine devraient être cause d’amour et d’harmonie”

Extrait des Causeries de Abdu’l-Bahá à Paris

 

L’abolition d’extrême pauvreté et d’extrême richesse

La population mondiale a été estimée à 7,55 milliards au 1 er juillet 2017. Elle est la somme d’individus répartis sur le globe et donnant vie aux 197 pays reconnus officiellement par l’Organisation des Nations Unies (ONU).Pris ainsi globalement, ces chiffres donnent une vue d’ensemble d’une grande unité qui en fait n’en est pas une car partout sur la Terre, dans tous les pays, règnent des inégalités telles qu’elles menacent l’existence de millions d’êtres humains. La faim tue plus que le sida, le paludisme et la tuberculose réunis. L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a confirmé qu’une personne sur neuf souffre de la faim (795  millions). Pire encore, toutes les dix secondes un enfant de moins de cinq ans meurt de faim. Et le plus incroyable est qu’il suffirait de 3,2 milliards de dollars pour les alimenter. Cet argent existe mais l’absence d’actes est tellement grande, malgré les grands discours, que le chaos s’installe petit à petit et se généralise.

Tout comme la révolution numérique a transformé la Terre en un village global, il suffirait d’une révolution des mentalités pour que les peuples de cette même Terre deviennent les habitants d’un seul et même pays. Notre monde possède suffisamment de richesses, de nourriture et d’eau pour subvenir aux besoins journaliers de chaque être humain. Mais l’égoïsme, la course à la possession, à l’enrichissement excessif, au pouvoir et à la domination nous empêchent de penser globalement. Nous n’arrivons pas à sortir du carcan de l’individualisme exacerbé, nous gargarisant de grands et beaux discours qui sont trahis par nos comptes en banque démesurés, nos voitures dignes de circuits de formule un, nos bijoux qui feraient frissonner Crésus et nos besoins de jouissance jamais assouvis.

La question essentielle qui se pose à tous les peuples,indépendamment de leur nationalité, leur appartenance religieuse ou leur origine ethnique, c`est celle  de savoir comment jeter les fondements d`une société planétaire qui reflète l`unicité de la nature humaine.

L`unification des habitants de la planète ne relève ni d`une utopique lointaine, ni d`un choix. C`est la prochaine étape, inévitable, de l`évolution sociale, vers laquelle tendent toutes les réalisations du passé et du présent. Tant que cette question n`est pas posée ni résolue, aucun des maux qui affligent notre planète, surtout celui de la grande misère des peuples affamés,  ne trouvera de solution, car tous les défis essentiels de l`époque qui s`ouvre à  nous sont d`ordre mondial et universel, et non particulier ou régional. Par ailleurs, toutes les ressources et richesses de la planète terre n’appartiennent  pas à quelques groupes ou nations elles sont le patrimoine commun de l’humanité.

L`homo sapiens,  tel que nous le connaissons, des découvertes géologiques de l`âge de la pierre, après des millions d`années de préparation est maintenant entré  dans l’âge de maturité ou il doit appliquer les connaissances et les expériences acquises pendant un long et difficile période de croissance.

Et si l`homme arrive enfin a prendre conscience a ce stade de son évolution que sa vraie nature est essentiellement spirituelle, un grand pas sera fait pour trouver des solutions aux grand maux qui nous affligent. Car aucune alchimie politique ne peut créer une  société d`or avec des individus de plomb. Voici ce que nous disait déjà un grand sage du siècle dernier.

«  Le bien-être de la société est indissociable de l`unité de la race humaine. Cette unité, « telle qu`elle est envisagée par Bahá’u’lláh, prophète Fondateur de la Foi Bahaïe »  implique la création d`une communauté mondiale dans laquelle toutes les nations, les races, les croyances et les classes sont étroitement et de manière permanente unifiées et l`autonomie de ses membres el la liberté personnelle et l`initiative des individus qui les composent sont définitivement et totalement protégées. »

Bahá’u’lláh apparu en Perse au milieu du 19e siècle et dans ses innombrables écrits, il  invite l’humanité à s’unir sous un même étendard. Il parle des peuples de la Terre comme des habitants d’un seul et même pays. Il établit une Foi mondiale et indépendante, divine dans son origine, universelle dans son envergure, immense dans sa perspective, scientifique dans sa méthode, humanitaire dans ses principes et dynamique dans l’influence qu’elle exerce dans les cœurs et l’esprit des gens. Elle soutient l’unicité de Dieu et de ses prophètes et enseigne le principe d’unité et d’union de la race humaine toute entière.

ARTICLE PARU DANS L”Express | Vendredi  | PAR BUREAU DES AFFAIRES EXTÉRIEURES DE LA FOI BAHÁ’ÍE

O FRIEND! In the garden of thy heart

 

 

The Hidden Words

O FRIEND! In the garden of thy heart plant naught but the rose of love, and from the nightingale of affection and desire loosen not thy hold. Treasure the companionship of the righteous and eschew all fellowship with the ungodly.

 

Les paroles cachées

Verset: 2.3

O ami! Dans le jardin de ton coeur, ne plante que la rose d’amour; et du rossignol de l’affection et du désir, ne desserre pas ton étreinte. Chéris la compagnie des justes et abstiens-toi de toute relation avec les impies.

Bahá’u’lláh

 

BICENTENAIRE de la naissance de BAHÁ’U’LLÁH

Cette année les Báhá’ís  à Maurice et dans le monde se préparent et prennent des dispositions pour célébrer le bicentenaire de Bahá’u’lláh, la figure prophétique du XIXe siècle. Bahá’u’lláh, dont le nom signifie la gloire de Dieu, est né en Perse le 12 novembre 1817. Il entreprit, à l’âge de 27 ans, une tâche qui, progressivement, captiva l’imagination et assurera la loyauté de plusieurs millions de personnes représentatives de pratiquement chaque race, chaque culture, chaque classe et chaque nation de la terre.

Bahá’u’lláh  proclama qu’il n’est autre que le messager de Dieu pour l’âge de la maturité humaine, le porteur d’une révélation divine qui allait accomplir ce que les religions antérieures avaient promis et engendrer la force et le courage spirituels nécessaires pour l’unification des peuples du monde.

Aucune incertitude n’entoure la nature de son impulsion génératrice. Les écrits de Bahá’u’lláh couvrent un éventail énorme de sujets, allant des questions sociales telles l’intégration raciale, l’égalité des sexes et le désarmement ; les questions touchant à la vie intime de l’âme humaine sont également abordées. Les textes originaux, dont beaucoup ont été écrits de sa propre main, ont été scrupuleusement préservés.

Un programme systématique de traduction et de publication a rendu ses écrits accessibles partout dans le monde dans plus de 800 langues. En parcourant ses innombrables écrits on aperçoit entre autres, le  thème de l’unité du genre humain qui est fondamental. Ce concept de l’unité est souligné avec beaucoup de profondeur : « Le tabernacle de l’unité a été élevé, ne regardez pas les uns et les autres comme des étrangers. Fréquentez les adeptes de toutes les religions dans un esprit d’amitié et de Camaraderie ».

« Vous êtes les fruits d’un seul arbre et les feuilles d’une seule branche.» La terre n’est qu’un seul pays et les habitants en sont les citoyens. »  Bahá’u’lláh  édicta aussi des principes notamment: unicité de Dieu et unité de ses prophètes; recherche personnelle et indépendante de la vérité; religion pour l’union des peuples;  accord de la religion avec la science et la raison; abandon de toutes sortes de préjugés et des superstitions; éducation universelle et obligatoire; égalité des droits sociaux de l’homme et de la femme; une langue auxiliaire universelle; solution spirituelle des problèmes économiques; un tribunal d’arbitrage international; abolition de l’extrême richesse et pauvreté ; et la paix universelle.

Pour la première fois dans l’histoire, l’humanité possède des informations détaillées  et vérifiables sur la naissance d’un système religieux indépendant et sur la vie de son fondateur. La relation des réactions suscitées par la nouvelle Foi est également accessible, une Foi qui a conduit à l’émergence d’une communauté mondiale représentative de toute l’espèce humaine.

La Révélation de Bahá’u’lláh  demande un changement profond, non seulement au niveau de l’individu, mais aussi dans la structure de la société. Dans cette optique, les Báhá’ís  à travers le monde œuvrent au développement d’une civilisation mondiale durable et s’efforcent d’appliquer ces principes d’éthique élevés dans toutes leurs actions. De ce fait, un vaste programme d’éducation morale pour les enfants, les préadolescents et les adultes est entrepris à travers le monde, l’objectif étant la transformation de la société.

ARTICLE PARU DANS Le Mauricien |  | PAR BUREAU DES AFFAIRES EXTÉRIEURES DE LA FOI BAHÁ’ÍE