Le sens de la vie et la plus grande bénédiction

La vie économique est un domaine dans lequel peuvent s’exprimer l’honnêteté, l’intégrité, la droiture, la générosité et d’autres qualités de l’esprit. L’individu n’est pas simplement une unité économique intéressée, s’appliquant à revendiquer une part toujours plus grande des ressources matérielles du monde.

« Du service et de la vertu découle le mérite de l’homme, déclare Bahá’u’lláh, et non de l’étalage des biens et des richesses. »

Puis il ajoute : « Ne dilapidez pas la richesse de votre vie si précieuse par un attachement mauvais et corrompu, et ne consacrez pas vos forces à promouvoir votre intérêt personnel. »

En se consacrant au service de son prochain, on trouve un sens et un but à sa vie et on contribue à élever la société même.

Au début de son célèbre traité, Le secret de la civilisation divine, ‘Abdu’l-Bahá affirme :

« Et l’honneur et la distinction de l’individu résident en ceci que, parmi les multitudes du monde, il devienne une source de bien social. Peut-on concevoir un plus grand bienfait que celui-ci : un individu, regardant en lui-même, découvre que, par la grâce fortifiante de Dieu, il est devenu une cause de paix et de bien- être, de bonheur et d’avantage pour ses frères ? Non, par le seul vrai Dieu, il n’y a pas de plus grande bénédiction ni de plus complet délice !  »

Plus une communauté bahá’íe est présente au sein d’une population, plus elle est responsable de s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté dans son milieu.

Extrait Lettre Maison Universelle de Justice du 1er mars 2017

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s