A propos des Tablettes du plan divin d’Abdu’l-Bahá

Introduction

C’est une joie immense de pouvoir rendre disponibles en français Les Tablettes du plan divin d’Abdu’l-Bahá. Adressés aux bahá’ís de l’Amérique du Nord, au cours des années 1916 et 1917, ces messages constituent les directives fondamentales pour la diffusion du Message de Bahá’u’lláh dans le monde entier. Le Maître a certifié à ceux qui se lèveraient pour servir son Plan que « Si le succès couronne votre entreprise, l’Amérique deviendra certainement un centre dont émaneront les vagues du pouvoir spirituel et le trône du Royaume de Dieu s’y établira fermement dans la plénitude de sa Majesté et de sa gloire. »

Le Gardien explique la nature de cette affirmation: « A mesure qu’il progressera, mû par les forces que ses promoteurs ne peuvent estimer à leur juste valeur, à mesure qu’il étendra ses ramifications aux coins les plus reculés de l’hémisphère occidental, aux continents du vieux monde par-delà les océans et, au-delà d’eux, aux vastes îles des mers, ce Plan, patrimoine de la Communauté bahá’íe nord-américaine, sera de plus en plus considéré comme un instrument destiné non seulement à faire reculer les frontières de la Foi et à multiplier ses institutions sur la face de la planète, mais à accélérer la construction et l’achèvement de la structure administrative de l’Ordre mondial embryonnaire de Bahá’u’lláh, hâtant par là l’avènement de cet Age d’Or qui doit être témoin de la proclamation de la Très Grande Paix et du développement de cette civilisation mondiale, fruit et but premier de cette Paix. »

Les nations, les races et les cultures composant le vaste monde francophone sont parmi les plus dispersées et les plus diversifiées dans l’humanité divisée que le Plan divin cherche à unir. Il est aussi des plus significatif que cette portion de la famille humaine soit aussi fortement représentée parmi ceux qu’Abdu’l-Bahá a nommé les cohéritiers et co-exécuteurs de son Plan en Amérique du Nord. Ne pouvons-nous pas espérer que la publication des Tablettes dans une langue ainsi doublement distinguée puisse donner une nouvelle impulsion aux activités mondiales d’enseignement que leur Auteur lui-même a lancées?

Assemblée Spirituelle Nationale des Bahá’ís du Canada
Mars 1981

Avant-propos

Dans plusieurs lettres, ainsi que dans Dieu passe près de nous, Shoghi Effendi nous a laissé des comptes rendus émouvants des circonstances qui ont entouré la révélation par Abdu’l-Bahá des Tablettes du plan divin et nous a éclairés sur leur signification qui ne cesse de se dévoiler, Tablettes qu’il a définies comme le « mandat » et la « charte suprême de l’enseignement ». Une étude de ces passages ne laisse aucun doute sur le fait que les Tablettes du plan divin étaient une conséquence directe de la visite d’Abdu’l-Bahá en Amérique et le chaînon final de la chaîne d’amour et d’attention qui le rattachait aux amis de ce continent. Il est donc tout à fait approprié et infiniment utile de citer en préface de cette édition des Tablettes du plan divin les paroles du Gardien bien-aimé:
« Les grains que les activités d’Abdu’l-Bahá ont semés avec tant de prodigalité avaient doté les Etats-Unis et le Canada, que dis-je! le continent tout entier, de possibilités telles qu’ils n’en avaient jusque-là jamais connues dans leur histoire. Au petit groupe actif de ses disciples bien-aimés, et par eux à leurs descendants, il avait, par cette visite, légué un héritage inestimable – héritage qui comportait l’obligation première et sacrée de se lever et de poursuivre dans ce champ fertile le travail qu’il avait si glorieusement commencé. »

Nous pouvons bien nous imaginer les voeux qui ont dû surgir de son coeur ardent lorsqu’il fit ses derniers adieux à ce pays prometteur. Nous pouvons très bien nous l’imaginer, à la veille de son départ, disant à ses disciples :
« Une Sagesse insondable a, dans sa générosité infinie, distingué votre terre natale pour l’exécution d’un dessein puissant. Par le truchement de l’Alliance de Bahá’u’lláh et depuis le début de mon ministère, j’ai été désigné comme laboureur pour retourner et travailler cette terre. Les abondantes confirmations qui, aux premiers jours de votre carrière, se sont déversées sur vous, ont préparé et revigoré le sol. Les tribulations que vous avez dû subir par la suite ont tracé de profonds sillons dans le champ préparé par mes mains. Les grains qui m’ont été confiés, je les ai maintenant semés et dispersés devant vous. Sous votre garde attentive et par vos labeurs incessants, chacun de ces grains doit germer, chacun doit produire son fruit prédestiné.
Un hiver d’une rigueur sans précédent s’abattra bientôt sur vous. Les nuages de ses tempêtes s’amoncellent rapidement à l’horizon. Des vents impétueux vous assailliront de toutes parts. La Lumière de l’Alliance sera obscurcie par mon départ. Toutefois, ces violentes rafales et cette désolation hivernale passeront. Le grain endormi éclatera d’une activité nouvelle. Il déploiera ses bourgeons; dans de fermes institutions, il révélera ses feuilles et ses fleurs. Les averses printanières que la bonté du Père céleste fera descendre sur vous permettront à cette frêle plante de déployer ses branches vers des régions bien au-delà des confins de votre terre natale. Et, enfin, le soleil de sa Révélation qui monte progressivement à l’horizon, brillant dans sa splendeur de midi, permettra à ce vigoureux Arbre de sa Foi de produire, quand les temps seront révolus et sur votre sol, ses fruits dorés.
 »

Les implications de ce message d’adieu ne pouvaient pas demeurer longtemps cachées aux disciples avertis d’Abdu’l-Bahá. A peine avait-il terminé son voyage long et ardu dans les continents américain et européen que les événements terribles auxquels il avait fait allusion commencèrent à se produire. Comme il l’avait prédit, un conflit empêcha pour quelque temps tout moyen de communication avec ceux en qui il avait placé une si grande confiance et dont il attendait tant en retour. La désolation hivernale, avec son chaos et ses ravages, poursuivit son cours impitoyable pendant quatre années tandis que, retiré dans la calme solitude de sa résidence dans le voisinage du sanctuaire béni de Bahá’u’lláh, il continuait à communiquer ses pensées et ses désirs à ceux qu’il avait laissés derrière lui et à qui il avait accordé les gages uniques de sa faveur. Dans les Tablettes immortelles que, pendant les longues heures de sa communion avec ses amis très chers, il fut poussé à révéler, il dévoila à leurs yeux sa conception de leur destinée spirituelle, son Plan pour la mission qu’il désirait les voir entreprendre. Les grains que ses mains avaient semés, il les arrosait maintenant avec ce même soin, ce même amour et cette même patience qui avaient caractérisé ses entreprises précédentes alors qu’il oeuvrait parmi eux.

Dans Dieu passe près de nous, Shoghi Effendi nous dit que, pendant la Grande guerre, Abdu’l-Bahá « ressentit vivement l’interruption effective de toute communication avec la plupart des centres bahá’ís du monde entier. La douleur emplit son âme au spectacle du carnage humain, déchaîné par la négligence de l’humanité qui n’avait pas répondu aux appels qu’il avait lancés ni tenu compte des avertissements qu’il avait donnés. Assurément, les chagrins s’ajoutèrent l’un après l’autre au fardeau d’épreuves et de vicissitudes que, depuis son enfance, il avait supporté si héroïquement pour l’amour de la Cause de son Père et à son service. »

« Et pourtant, au cours de ces sombres journées, dont les ténèbres rappelaient les adversités qu’il avait subies pendant la période la plus dangereuse de sa détention dans la prison fortifiée d’Akka, Abdu’l-Bahá, qu’il fût près du tombeau de son père ou dans la maison que celui-ci avait occupée à ‘Akka, ou encore à l’ombre du sépulcre du Bab, sur le mont Carmel, fut poussé, une fois de plus, la dernière de sa vie, à apporter à la communauté de ses fidèles d’Amérique un témoignage éclatant de sa faveur particulière; par la révélation des Tablettes du plan divin, il les chargea, juste avant la fin de son ministère terrestre, d’une mission mondiale dont toute la portée n’est pas encore dévoilée, même après un quart de siècle, et dont le déroulement bien qu’encore au stade initial, a considérablement enrichi jusqu’ici les annales tant spirituelles qu’administratives du premier siècle bahá’í. »

Les huit premières de ces Tablettes furent écrites entre le 26 mars et le 22 avril 1916. Dans l’histoire, ce fut une période de terribles effusions de sang en Europe. Il est vraiment stupéfiant de contempler l’élaboration de la Stratégie divine en vue de la rédemption de la planète au milieu du fracas et de la destruction de l’ordre ancien. La vision transformatrice d’Abdu’l-Bahá étend devant nous les plans de la conquête spirituelle du globe. Les six dernières Tablettes furent révélées entre le 2 février et le 8 mars 1917, un mois à peine avant l’entrée en guerre des Etats-Unis. De la première série, cinq tablettes avaient effectivement atteint l’Amérique et été publiées dans le « Star of the West » du 8 septembre 1916. Après cela, toutes les communications avec la Terre sainte furent interrompues et le reste des Tablettes fut conservé pendant toute la durée de la guerre dans une chambre forte sous le Sanctuaire du Bab sur le mont Carmel. Elles furent expédiées en Amérique à la fin de la guerre, où elles furent dévoilées au cours de cérémonies appropriées pendant la « Convention de l’Alliance », tenue à l’Hôtel Mc Alpin de New York du 26 au 30 avril 1919.

Bien que des personnes exemplaires comme les Dunn et Martha Root aient répondu tout de suite à l’appel d’Abdu’l-Bahá demandant « des âmes qui éclaireront ce sombre univers et ramèneront à la vie ce monde mort », la pleine mise en oeuvre du Plan débuta en 1937 quand Shoghi Effendi chargea la communauté bahá’íe nord-américaine de réaliser le premier Plan de sept ans, « la première étape de cette entreprise qui avait été tenue en suspens pendant près de vingt ans, alors que les institutions administratives de la Foi prenaient lentement forme et se perfectionnaient. »

La conquête spirituelle de l’hémisphère occidental – achevée en 1944, centenaire de la naissance de notre Foi – ne fut pas le seul fruit de ce premier Plan de sept ans. Celui-ci servit de modèle à la démarche systématique par laquelle le Gardien bien-aimé guidait le monde bahá’í vers la réalisation de la vision du Maître. Des plans de recrutement de pionniers sur le plan régional furent confiés aux amis de l’Est avant même la fin de la deuxième Guerre mondiale.
Le second Plan de sept ans, couvrant les années 1946 à 1953, donna à la vaillante communauté bahá’íe nord-américaine la tâche de revitaliser spirituellement l’Europe qui avait encore une fois été ravagée par la dévastation et la désolation de la guerre.

L’étape majeure de la réalisation progressive du Plan divin d’Abdu’l-Bahá fut inaugurée par le Gardien bien-aimé en 1953, à la veille du centième anniversaire des révélations prophétiques de Bahá’u’lláh dans le Síyáh-Chál de Tihran, par la mise en oeuvre de la Croisade de dix ans. Bien que plusieurs communautés bahá’íes nationales aient déjà entrepris leurs propres projets pionniers avant 1953, pour la première fois l’ensemble du monde bahá’í reçut alors une tâche dans l’accomplissement des buts du Plan du Maître, en se trouvant engagé dans une vaste Croisade visant à hisser la bannière de la Foi de Bahá’u’lláh sur toute la planète.

Les Plans de neuf ans et de cinq ans (1964-1973;1974-1979) de la Maison universelle de justice peuvent être considérés comme les étapes successives de la marche inexorable et triomphale des armées de Bahá’u’lláh en réponse à l’appel lancé par les Tablettes du plan divin. Pendant toutes ces importantes réalisations, et les époques encore à venir, la voix aimante du Maître, qui se fait entendre de façon si émouvante dans les prières qui accompagnent ces Tablettes, demeurera notre source d’inspiration et de confirmation

Amin Banani
Octobre 1976

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s