Les bonnes idées doivent être mises en pratique

Les bonnes idées doivent être mises en pratique.

Partout dans le monde on entend célébrer les belles paroles et admirer les nobles préceptes. Tous les hommes déclarent qu’ils aiment le bien et détestent tout ce qui est mal.

La sincérité est digne d’admiration, tandis que le mensonge est méprisable. La loyauté est une vertu et la trahison une honte pour la nature humaine.
C’est une bonne chose d’apporter la joie au coeur des hommes et c’est mal de leur causer de la peine. Se montrer bon et indulgent est correct, tandis que haïr est une faute.
La justice est une noble qualité et l’injustice une iniquité. C’est un devoir de se montrer compatissant, de ne faire de tort à personne et d’éviter à tout prix la jalousie et la méchanceté.
La sagesse et la lumière font la gloire de l’homme, et non pas l’ignorance et l’obscurité. Il est bon de se tourner vers Dieu et il est stupide de l’ignorer.
Il est de notre devoir de guider les hommes dans le but de les élever, non de les induire en erreur ni de provoquer leur chute.
Il existe bien d’autres préceptes semblables à ceux-ci. Mais toutes ces maximes ne sont que de belles paroles et nous en voyons bien peu qui soient mises en pratique. Nous nous apercevons au contraire que les hommes sont emportés par la passion et l’égoïsme, chacun ne songeant qu’à ce qui lui sera profitable, même si cela doit entraîner la ruine de son prochain.
Ils sont tous anxieux de faire fortune et se soucient peu ou pas du tout du bien-être des autres. Ils s’inquiètent de leur propre paix et de leur confort, alors que le sort de leurs semblables ne les trouble pas du tout. Telle est malheureusement la voie suivie par la plupart des hommes.
Mais les baha’is ne doivent pas être ainsi; il leur faut se comporter d’une manière plus noble. Pour eux, les actions doivent dépasser les paroles. Ce n’est pas seulement leurs paroles qui doivent manifester l’indulgence mais leurs actes, confirmant ainsi, en toutes occasions, ce qu’ils proclament. Leur manière d’agir doit démontrer leur loyauté, et leurs actes refléter l’inspiration divine.
Que vos actions proclament hautement au monde que vous êtes vraiment des baha’is, car ce sont les actes qui parlent au monde et qui sont la cause du progrès de l’humanité.
Si nous sommes de vrais baha’is, point n’est besoin de paroles. Nos actes serviront le monde: ils aideront à répandre la civilisation, à faire progresser la science et fleurir les arts.
Sans actes, rien ne peut être accompli dans le monde matériel, et les paroles à elles seules ne peuvent faire avancer un homme vers le royaume spirituel.
Ce n’est pas seulement avec des paroles du bout des lèvres que les élus de Dieu sont parvenus à la sainteté, c’est par une vie de patience et de service effectif qu’ils ont apporté la lumière dans le monde. Faites donc tous vos efforts pour que, de jour en jour, vos actes deviennent de belles prières.
Tournez-vous vers Dieu et tâchez d’agir toujours selon la droiture et la noblesse. Enrichissez le pauvre, relevez celui qui est déchu, consolez l’affligé, guérissez le malade, rassurez le timide, délivrez l’opprimé, rendez l’espoir au désespéré et donnez asile au malheureux. Telle est la tâche d’un vrai baha’i et c’est ce qu’on attend de lui.
Si nous nous efforçons d’accomplir tous ces préceptes, nous sommes de vrais baha’is; si nous les négligeons, nous ne sommes pas des disciples de la lumière et nous n’avons pas le droit de porter ce nom. Dieu, qui lit dans tout les coeurs, sait jusqu’à quel point notre vie est l’accomplissement de nos paroles.

Les causeries d’Abdu’l-Bahá à Paris,  chapitre 1

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s